latelierdesmiracles_6

L’atelier des miracles

Valérie Tong Cuong

Editions JC Lattès ( 2013)


J'ai lu ( 2014)


Voici encore un diamant ciselé par Valérie Tong Cuong.
A peine avais-je terminé Pardonnable, impardonnable, que  j’ai eu envie de découvrir cet Atelier vanté par nombre de lecteurs et de blogueurs .

Dans ce récit choral, trois personnages brisés par l’existence , accidentés par une vie qui fait parfois bien mal.
Nous découvrons ainsi Millie, jeune femme au bout du rouleau, invisible et mal-aimée. Victime d’un incendie qui ravage son appartement et son existence solitaire, elle est à bout de souffle, rongée par un drame que l’on devine bien lourd .
Monsieur Mike, ancien militaire ayant déserté , sdf depuis que sa compagne l’ a quitté. Une grande carcasse aux pieds d’argile, dissimulant sous un air bravache une immense sensibilité.
Et enfin, il y a Mariette la prof d’histoire-géo , mariée « bien comme il faut » à un homme politique cynique et despotique. Transparente tant au sein de son couple que pour ses enfants, elle subit un harcèlement psychologique sur le lieu de son travail … Jusqu’au jour, où…

Ces trois chemins-là vont se croiser sous la houlette de Jean , l’homme Providence, le faiseur de miracles, celui qui répare les âmes brisées. Son association, « L’Atelier » se situe d’ailleurs dans une ancienne horlogerie.
Peu à peu, les trois protagonistes vont se relever, s’approprier leurs destins, renaître à la Vie, usant pour ce faire de leurs propres ressources.


Mais il va s’avérer que tout n’est pas si simple, que Jean n’est peut-être pas aussi infaillible qu’on pourrait le supposer…Et si lui aussi cherchait à réparer, à se réparer ?


Ce roman, encore une fois totalement addictif, nous entraîne dans les méandres de la pensée humaine, mais par-dessus tout, nous démontre que nous possédons tous en nous des ressources ignorées, que nous sommes tous à la fois yin et yang, que nos failles peuvent devenir nos forces, et que rien n’est jamais totalement définitif .


J’ai aimé, cela devient une habitude, la plume intimiste de Valérie Tong Cuong, cette capacité qu’elle a à nous faire aimer chacun de ses personnages, à les décortiquer au plus profond de leur âme, à nous décortiquer par leur biais. J’ai aimé plus encore l’Espoir et l’Optimisme insufflés au détour des pages. Une très belle leçon de vie, un prix de l’Optimisme amplement mérité et un énormissime gigantesquissime (bon Google me le souligne en rouge mais tant pis, je n’ai pas d’autres mots) coup de cœur !. Courez chez votre libraire préféré, votre bibliothèque, votre médiathèque, n’échappez pas à cette bulle de douceur(s) qui fait du bien à l’âme !

"Laissez glisser ses critiques, n'en tenez plus compte, dites-vous que c'est son problème sa vision.
Lorsque vous l'écoutez, c'est comme si vous chaussiez les lunettes d'un autre.
Vous ne voyez qu'une réalité déformée, la sienne."