29 septembre 2016

Le poème / la pensée de la semaine - Pour toi mon Amour - Jacques Prévert -

  © Nath   POUR TOI MON AMOUR   Je suis allé au marché aux oiseaux Et j'ai acheté des oiseaux Pour toi mon amour Je suis allé au marché aux fleurs Et j'ai acheté des fleurs Pour toi mon amour Je suis allé au marché à la ferraille Et j'ai acheté des chaînes De lourdes chaînes Pour toi mon amour Et je suis allé au marché aux esclaves Et je t'ai cherchée Mais je ne t'ai pas trouvée mon amour.   Jacques PREVERT - Paroles  -  
Posté par Nath-A-Lie à 06:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 septembre 2016

Coup de coeur rouge passion - Coeur Croisé - Pilar PUJADAS -

    Cœur Croisé Pilar Pujadas Editions Mercure de France –juin 2016 – 133 pages   Un appartement, cinq femmes et … un soutien-gorge rouge. Tel pourrait être le sous-titre de ce roman coup de cœur de Pilar Pujadas, qui m’avait déjà totalement séduite par sa précédente petite merveille « Soit dit entre nous…j’aime trop l’amour » (Editions du Castor Astral). Autour de cette pièce de lingerie, ce Cœur Croisé, les chemins de vie de cinq femmes vont s’articuler, avec pour centre de gravité l’appartement... [Lire la suite]
Posté par Nath-A-Lie à 03:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
26 septembre 2016

Atelier Bric A Book 233 - Conte de ma crypte -

   © Leiloona Bric à Book   Cher Toi, Je reviens aujourd’hui  sur ces lieux qui furent mon enfer,  où toi, cher démon, m’avais enfermée, cloîtrée, pulvérisée. Je revois ces murs, que tu avais érigés autour de moi, ces chaînes qui incisaient ma peau, qui lacéraient mon âme. Je frôle du bout de mes ongles abîmés tous ces recoins de mon esprit que tu as voulu éteindre, jour après jour, mois après mois, année après année.  Je respire le moisi de notre amour défunt,  les souvenirs affluent et... [Lire la suite]
Posté par Nath-A-Lie à 01:14 - Commentaires [27] - Permalien [#]
23 septembre 2016

La pensée de la semaine - Victor Hugo -

  Tant qu’il existera, par le fait des lois et des mœurs, une damnation sociale créant artificiellement, en pleine civilisation, des enfers, et compliquant d’une fatalité humaine la destinée qui est divine ; tant que les trois problèmes du siècle, la dégradation de l’homme par le prolétariat, la déchéance de la femme par la faim, l’atrophie de l’enfant par la nuit, ne seront pas résolus ; tant que, dans de certaines régions, l’asphyxie sociale sera possible ; en d’autres termes, et à un point de vue plus étendu... [Lire la suite]
Posté par Nath-A-Lie à 07:00 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
20 septembre 2016

Du café 'Ino à Midi, la carte d'une existence - M Train- Patti Smith.

  M Train Patti Smith Editions Gallimard – 2016 –   Patti Smith signe avec M Train un livre composé de dix-huit tableaux, dix-huit stations du train de son existence. Ici, ce n’est pas tant l’icône du rock qui s’exprime, mais plutôt la photographe, l'écrivain, car chaque texte est illustré par une photographie signée de l’auteure. Celle-ci nous fait partager ses errances, son amour pour le café, pour les lieux désertiques et déserts. Elle nous livre des bribes de vie, nous raconte sa belle histoire avec Fred Smith, nous décrit le... [Lire la suite]
Posté par Nath-A-Lie à 07:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
19 septembre 2016

Les temps modernes - Atelier Bric A Book 232 -

  © Romaric Cazaux   Lui et Elle. Elle et Lui. Semblables, au bout de tant d’années, jusqu’à cette façon de replier la jambe. Semblables jusqu’à ce bracelet montre qui enlace leurs poignets respectifs. Semblables jusqu’à leurs…smartphones… Ils ont délaissé les journaux, les sempiternelles histoires politiques, le Conseil d’Etat, la courbe ascendante du chômage… Ils sont connectés jusqu’au bout des pages virtuelles de leurs vraies vies, du cours de la Bourse, jusqu’au bout de leurs cœurs peut-être. Qui sait ? ... [Lire la suite]
Posté par Nath-A-Lie à 01:00 - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : ,

17 septembre 2016

"C'est la guerre qui gagne. Et elle continue à gagner, encore et toujours." - Le chagrin des vivants - Anna HOPE

    Le chagrin des vivants Anna Hope Editions Gallimard – Janvier 2016 - Sélection Prix des Lectrices Elle   L’Angleterre, en ce mois de novembre 1920 tente douloureusement de panser les plaies infligées par ce monstre que fut la 1ère guerre mondiale, et se prépare à célébrer la commémoration de l’armistice. Un peuple entier attend le rapatriement du corps d’un soldat inconnu, qui deviendra le symbole de cette horrible boucherie, et qui doit être enterré à l’abbaye de Westminster. Au sein de ce même peuple à... [Lire la suite]
Posté par Nath-A-Lie à 20:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 septembre 2016

Un poème, en passant - Je te l'ai dit - Paul Eluard

  Je te l'ai dit   Je te l'ai dit pour les nuagesJe te l'ai dit pour l'arbre de la merPour chaque vague pour les oiseaux dans les feuillesPour les cailloux du bruitPour les mains familièresPour l'oeil qui devient visage ou paysageEt le sommeil lui rend le ciel de sa couleurPour toute la nuit buePour la grille des routesPour la fenêtre ouverte pour un front découvertJe te l'ai dit pour tes pensées pour tes parolesToute caresse toute confiance se survivent. Paul Eluard(L'Amour de la Poésie)  
Posté par Nath-A-Lie à 07:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
13 septembre 2016

Joséphine, négresse de presque cent ans - Ouragan - Laurent Gaudé

    Ouragan Laurent GAUDE Editions Acte Sud – Août 2010 – Editions J’ai Lu – Août 2013 –   Cher Laurent, Vous permettrez, j’ose l’espérer, que je m’empare de cette familiarité qui veut que je vous appelle par votre prénom.Nous nous sommes croisés, il y a peu, au Forum Fnac Livres… Moi qui espérais tant vous rencontrer, voici que mon vœu fut exaucé. Vous m'avez alors dédicacé « Ouragan » et vous m’avez dit que votre personnage préféré, Joséphine (qui s’avère, je vous l’ai confié, être mon second... [Lire la suite]
Posté par Nath-A-Lie à 07:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 septembre 2016

En attendant la chronique ... Laurent GAUDE - Ouragan -

  Lève toi, Joséphine Linc. Steelson, vieille négresse usée par le temps et fatiguée d'avoir trop parlé, trop crié, trop mordu. Lève toi et ne t'épargne rien. Marche. Cours si tu peux. Oh oui, j'y vais, et même si je marche lentement, peureusement, à la vitesse de l'inutilité, il ne sera pas dit que la vieille négresse a laissé passer un négrillon sous ses ses fenêtres sans essayer de le rattraper, un négrillon qui n'allait nulle part et qui ne répondait à personne, parce qu'il voulait qu'on le laisse aller nulle part...
Posté par Nath-A-Lie à 07:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]