bric a book 236 Romaric Cazaux

 

© Romaric Cazaux

 

 

C’’est dimanche, un dimanche comme tous les autres… Ou presque…   C’est mon dimanche chez Papa…

Il fait beau, Maman m’a mis une jolie robe, une robe qui tourne. J’ai 5 ans aujourd’hui, c’est une journée très spéciale.

Je suis contente d’être avec  Papa, mais un peu triste aussi que Maman ne soit pas là.

J’ai 5 ans et je ne comprends pas les histoires des grandes personnes.

Jai 5 ans et deux maisons, deux anniversaires et deux sapins pour Noël.

Aujourd’hui,  il fait beau et Maman m’a mis une jolie robe.  Il fait beau et j’ai 5 ans.. Oui, je sais, on me dit souvent que je parle trop, que je répète toujours les mêmes choses… On a le droit, non, quand on a 5 ans ?

Papa et moi, on se promène un peu.  Je crois qu’on va manger au restaurant.  Papa est une quiche en cuisine, c’est Maman qui l’a dit. Moi, je croyais qu’une quiche, ça se mangeait.

Papa tient ma main, et moi je tiens la sienne. Elle est grande, chaude et rassurante. 

Nous arrivons sur cette place, il fait beau, et j’ai  5 ans.  Et c’est mon anniversaire à moi.

Les cloches de l’église sonnent 12 coups. Je sais compter jusqu’à 12, je suis une moyenne à l’école.

Je lâche un peu la main de Papa, il y a plein de gens autour de nous, tout plein de gens.  Des gens qui parlent fort,  qui rient, qui se font des bisous.

D’un seul coup, le soleil s’en va. D’un seul coup, je suis un peu triste.  J’ai 5 ans aujourd’hui, mes parents ne s’aiment plus.   Je vois ces gens qui se tiennent par la main et moi, mes parents ne s’aiment plus. Ne s’aimeront plus.  Je suis un peu triste. Oui, je sais , on me dit souvent que je parle trop et que je dis toujours les mêmes choses.

Je sens une espèce de boule dans ma gorge, une grosse boule , et je sens aussi comme de l’eau qui coule de mes yeux.  Je ne veux pas, je ne dois pas le montrer à Papa.  Je ne veux pas qu’il soit triste.  Pas le jour de mes 5 ans.  Jamais. Je ne veux pas non plus que Maman pleure. Jamais. 

C'est peut-être parce que je ne suis pas toujours sage , tout ça... Je me débats dans ma vie d'enfant, du haut de mes 5 ans , de mes 5 bougies sur lesqueslles je vais souffler deux fois. Deux gâteaux, deux fêtes , deux maisons.  Deux parents.  Et des larmes aux coins de mes deux yeux, que je ferme très fort, comme pour emprisonner de mes deux poings ce que les grandes personnes appellent un chagrin, ce que les enfants ne savent pas nommer.

….  Le soleil chatouille mon visage, j’ouvre les yeux, je m'étire, je sors mes pieds de sous la couette.  C’est un beau dimanche d’automne…  La lumière baigne les draps blancs, au creux desquels je dépose mes intranquilles émotions, mes douces cicatrices, mes pensées mélancoliques, mes sourires passés et à venir, mes espoirs chevillés  et mes mots bleus. Je regarde tendrement mon Amour, encore endormi à mes côtés..

J’ai fait un rêve bizarre, j’avais 5 ans, c’était mon anniversaire.  J’étais un peu triste. C’était un  dimanche chez mon père. Ma mère m’avait mis une jolie robe.  Je crois me souvenir de mes larmes. 

Aujourd’hui c’est dimanche, il fait beau, et j'ai 20 ans. J’ai  4 fois 5 ans. 

C’est dimanche, j’ai 20 ans et je vais mettre une jolie robe.

 © Nath