15135761_10207523435779285_7970966572650220135_n

 

TOMBER

Eric GENETET

Editeur : Editions Héloïse d’Ormesson – Avril 2016 –

 

Mariano a 13 ans. Adolescent en grande souffrance depuis que sa mère, un an plus tôt, a quitté le foyer familial dans des circonstances demeurées floues (mais dont il se sent coupable), il vit dans un silence étouffant, aux côtés d’un père devenu alcoolique, qui prête plus d’attention à ses canettes de bière qu’à son fils.

« On vit là, juste toi et moi , papa, comme au plus profond d’un océan ».

Elève médiocre en raison d’une dyslexie décelée peu avant le départ de sa mère, il trouve refuge dans la musique et surtout dans le sport. Son idole, Yannick Noah, s’apprête d’ailleurs à disputer, en ce mois de juin 1983, la finale de Roland-Garros. Ce match, Mariano l’attend fébrilement, c’est l’événement de sa vie.

En effet, il a décidé, qu’en cas de victoire de Noah (et il ne saurait en être autrement pour lui et pour tous ces cœurs qui battent à l’unisson), il osera enfin parler à son père… Lui demander POURQUOI … Pourquoi sa mère est partie, un soir, sans même lui dire au-revoir … Lui poser toutes ces questions restées au fond de lui, sans réponse… Lui dire tout son amour d’enfant, cet immense soif d’amour, ou même juste d’un peu d’intérêt … Lui dire combien lui, Mariano, a mal, si mal ! Lui dire sa douleur de ne pas être un enfant parfait… Lui dire cette souffrance qui est la sienne, permanente, profonde, jusqu’aux couches les plus secrètes de son être

« Si Noah gagne tout à l’heure, je te dirai tout le mal que vous m’avez fait, maman et toi … Je ne suis pas un enfant courageux, mais si Noah gagne Roland-Garros, j’aurai la force de te poser les questions qui m’angoissent… Je n’en peux plus de vivre avec les cris que je ne pousse pas ».

Pendant que se joue, sur le court central, l’événement sportif qui fait espérer la France entière, Mariano, lui, se prépare mentalement à son match à lui.

J’ai retenu mon souffle avec Mariano, espéré avec lui, le ventre noué par la crainte d’une crampe, d’une défaite inattendue, sans me douter que l’inattendu me cueillerait page 142, me happerait totalement, avec les yeux qui piquent, comme bien des fois au fil de ce roman poignant, tendre et bouleversant d’Eric Genetet.

Un énorme coup de cœur donc, une très belle découverte, celle de la plume pudique, magistrale, émouvante, sensible et magiquement addictive de cet auteur talentueux.

Merci aux Editions Héloïse d'Ormesson pour ce magnifique cadeau, "tombé" à point nommé !