Romain gary

 

 

Romain Gary s’en va-t’en guerre

Laurent SEKSIK

Editeur : Flammarion – Janvier 2017 -

 

Nous connaissons toutes et tous Romain Gary, auteur mystérieux qui a emporté avec lui ses zones d’ombres, quand il a décidé de se donner la mort, voici plus de trente ans.

L’auteur, par le biais de la fiction, lève un pan de rideau sur la vie de Roman, l’enfant blessé et meurtri par deux jours au cours desquels sa vie bascule : les 26 et  27 janvier 1925.  Deux jours où vérités et trahisons vont à jamais marquer Romain, le balafrant de cicatrices indélébiles.

Récit choral à trois voix (Nina, la mère, Arieh le père, et Roman l’enfant), Romain Gary s’en va-t’en guerre est un retour sur des terres brûlées, une absence qui le marquera au fer rouge (celle de son père) et bien sûr la tragédie historique que l’on connait (le génocide juif).

Laurent Seksik, avec le talent qu’on lui connaît, dessine à la plume, la plus fine des plumes, les contours d’une vie.  Il brosse avec poésie et tendresse le portrait de cet homme déchiré, abîmé au point de prendre un autre nom,  de cet auteur immensément talentueux dont l’existence a été traversée par de nombreux drames.

On nage entre fiction et réalité, avec une jubilation croissante, et on se laisse emporter avec un indéniable plaisir.  On a envie d’en apprendre plus, de relire « La promesse de l’Aube » et plus simplement, de prendre le petit Roman dans ses bras, le grand Romain contre son cœur.

J’ai lu ce roman dans le cadre de ma participation au Prix des lecteurs l’Express.  Je remercie chaleureusement le comité de sélection, les Editions Flammarion, Laurent Seksik, et bien évidemment, Romain Gary, où qu'il soit !