bm_CVT_HISTOIRE-DUN-AMOUR_6607

 

 

L’histoire d’un amour

Catherine LOCANDRO

Éditeur: Éditions Héloïse d’Ormesson -Août 2014

Éditions Pocket - Janvier 2017 -

C’est l’histoire d’un amour.

C’est l’histoire d’une femme, “la Chanteuse”  (dont le nom ne sera jamais prononcé, mais que l’on devine aisément), et d’un jeune homme.

C’est l’histoire de deux êtres que tout oppose, et qui vont vivre une passion amoureuse, dans l’ombre.

Rome, 1995 : Luca, professeur de philosophie, dont la vie est aussi parfaitement réglée qu’à la dérive, découvre un article de journal qui révèle son secret, celui d’une liaison qui remonte à une trentaine d'années plus tôt.

La Chanteuse , au sommet de la célébrité en Italie, était alors brisée par le suicide de son grand amour, “ le Poète”. Lui était un simple figurant.

“ Le décès du Poète, son amant italien qui avait mis fin à ses jours huit mois plus tôt, ainsi que sa propre tentative de suicide, lui donnaient la dignité d’une veuve et le regard lointain de ceux que la mort a embrassés un instant avant de les rendre aux vivants”.

La découverte de ce pan de vie privée rendue publique provoque chez Luca une onde de choc sismique. Il va alors errer dans une Rome sublimement décrite par Catherine LOCANDRO, qui prend sa plume digne des plus grands peintres italiens pour nous faire déambuler au fil des rues et des souvenirs, des rideaux que l’on tire pour taire, des rues , des ponts, des lieux imprégnés des souvenirs de cette histoire fulgurante.

“Tu es l’innocence, tu es mon secret. Promets moi que je resterai le tien.”

J’ai été profondément touchée par cette histoire, merveilleusement servie par le talent de Catherine LOCANDRO.

Les thèmes du secret, celui que l’on enfouit au plus profond de soi, du deuil, de la complexité de l’amour, de la cicatrisation des plaies que l’on pense cautérisées sont abordés avec une délicatesse et une pudeur infinies.

Immense coup de coeur donc, et confirmation que décidément, j’aime l’écriture de cette auteure.

Je remercie les Éditions Héloïse d’Ormesson, Juliette Cohen-Solal, pour cette découverte, et bien sûr, une pensée tendre pour la Chanteuse, où qu'elle soit !

 

© Nath