IMG_20170520_201030[1]

 

 

Calais mon amour

Béatrice HURET et Catherine SIGURET

Editions KERO – Mai 2017 –

 

On dit souvent que l’amour est plus fort que tout. Cette histoire-là, cette belle histoire, en est la preuve.

Quand Béatrice rencontre Mokhtar, sa vie bascule, ses certitudes vacillent.
Elle qui votait FN, elle qui ne se disait pas vraiment raciste,mais…
Elle qui ignorait tout des raisons qui peuvent pousser ceux que l’on nomme « migrants » à quitter pays, famille, racines, va prendre un soir un auto-stoppeur en charge, et le déposer, à sa demande, dans la « Jungle de Calais ».

Elle va ainsi prendre conscience des conditions de vie indignes de ces familles, ces hommes, ces femmes, ces enfants qui peuplent ce no man’s land boueux, où se côtoient la mort et la vie. Où une école naît des décombres, où la couleur épouse la noirceur, où désespoir et espoir composent le quotidien.

Mokhtar, réfugié iranien chrétien, pacifiste et pacifique, professeur de persan dans son pays, fait partie de ceux qui n’ont eu d’autre recours que de se coudre la bouche pour faire entendre leur détresse.

D’un regard échangé entre ces deux cœurs qu’à priori, tout oppose, va naître un amour sublime et passionné. Un amour au-delà des prétendues conventions, au-delà des barrières de la langue (j’ai beaucoup aimé les échanges via Google traduction),au-delà des différences culturelles, au-delà du risque encouru mais pas vraiment mesuré, car il est difficilement concevable que l’entraide puisse devenir délit.

« Avec Mokhtar, nos yeux se sont croisés tout de suite. J’ai eu un flash, la véritable impression d’un coup de foudre ».

Par amour, Béatrice va soulever des montagnes, et aider Mokhtar à partir en Angleterre.

Cela lui vaudra une mise en examen pour « aide au passage illégal en bande organisée » (oui, oui, bande organisée !) , placée sous contrôle judiciaire, et … fichée S , mais ne l’empêchera aucunement de traverser régulièrement la Manche pour rejoindre son amoureux.

« On oublie trop souvent que le bonheur le plus simple est parfois le résultat d’un véritable parcours du combattant »

« Calais mon amour » est une magnifique histoire d’amour, made in XXIe siècle, made in Calais.
L’écriture de Catherine Siguret est, comme à son habitude, formidablement solaire et admirablement humaine. Point de pathos, juste ce qu’il faut d’altruisme et de compassion, juste la preuve que « Love is All ».

Une lecture totalement indispensable, une histoire qui fait du bien, pour laquelle je remercie les Editions Kero.

Je terminerai en souhaitant de tout cœur tout le bonheur du monde à Béatrice et Mokhtar !

© Nath