CVT_De-linfluence-de-David-Bowie-sur-la-destinee-des-_2946

 

 

De l’influence de David Bowie surla destinée des jeunes filles

Jean-Michel  GUENASSIA

Editions Albin Michel  - Août 2017 -

328 pages

 

Rimbaud a écrit « on n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans », c’est précisément l’âge de Paul, le narrateur de ce roman.

Paul n’a jamais connu son père, il mène une existence hors normes au sein d’une famille qui ne l’est pas moins, puisqu’elle se compose de deux mamans farfelues et aux antipodes l’une de l’autre

L’une, Léna , est tatoueuse , et refuse l’accès de son antre à tout individu de sexe masculin).  Considérant l’hétérosexualité comme une tare, elle est convaincue que son fils est homosexuel

L’autre, Stella, est restauratrice.

Paul, lui, a toujours vécu ainsi. Décalé par rapport à une norme sociétale qui lui vaut une mise à l’index en milieu scolaire.  Il n’a jamais eu d’ami masculin, hormis Alex, lequel brûle pour lui d’une passion dévorante mais sans retour.

Il faut à présent que je vous précise que Paul a la particularité physique d’avoir l’apparence  de ce qu’on appelle un être androgyne.  On ne sait s’il est fille ou garçon quand on le voit.

Mais Paul a des goûts sexuels bien définis : il aime les femmes, et rien que les femmes. Il va d’ailleurs régulièrement tomber amoureux, sans que cela soit pour autant réciproque.

Alors que, dans des circonstances à découvrir en tournant les pages de ce roman, sa vie familiale explose, Paul va découvrir, à travers une émouvante confession maternelle, ce qui lui était jusqu’alors caché. Une confession sur fond de liberté, de rock’n roll, et de …David Bowie, son idole.

Cette mère totalement insupportable à mes yeux au début du roman apparaît alors dans toute sa fragilité, sa solitude, et son désarroi.

J’ai été bouleversée par cette lecture d’apparence légère  (le ton est vif, emporté, teinté d’humour, parfois cynique), mais qui tisse la trame de sujets lourds  et profonds , tels que la filiation, l’appartenance à des catégories  bien définies dont il bien difficile de s’extirper, la quête de soi, l’importance du diktat de la société.

Le style de Jean-Michel Guenassia a ceci de particulier qu’il mêle la fraîcheur d’une brise d’été et l’éclat d’un orage, et ce, par la force d’un ton drôle, parfois acerbe, préambule de phrases choc,  qui frappent en plein cœur.

J’ai vécu un grand et beau moment d’émotions diverses et variées, au cours de cette lecture, et je remercie vivement Lecteurs.com qui m’a offert ce panel de sensations à fleur de peau.

« Ça doit être ça la vie, elle continue malgré nous, sans ceux qu’on aime, et qui poursuivent leur route de leur côté, en nous abandonnant au bord du chemin… »

© Nath