IMG_20170828_121515

 

 

Je me promets d’éclatantes revanches

Valentine GOBY

Editions de l’Iconoclaste – Août 2017 –

Rentrée littéraire 2017

 

Ce livre est celui d’une rencontre entre l’auteur, Valentine Goby (qui m’avait bouleversée par ses précédents écrits, notamment Kinderzimmer), et Charlotte Delbo, femme au destin extraordinaire,  écrivain, poétesse, résistante, déportée et revenue de cet endroit  « d’avant la géographie » que fut Auschwitz.

D’elle,  Charlotte Delbo, je ne connaissais que le nom, et quelques bribes de vie.  Guère plus.  J’ignorais son immense talent, et sa personnalité rayonnante. J’ai découvert, au fil des pages, une femme totalement incroyable, et qui demeure hélas,  dans la pénombre. J’ai cheminé avec  elle, avant et après Auschwitz.  J’ai été happée par cette fabuleuse force de Vie, cette capacité à dire qu’il n’y a pas d’indicible, dès l’instant où la langue devient salvatrice et par là-même, libératrice, dès qu’elle devient territoire et résistance. Ecrire et Dire.

« Ecrire, d’abord, c’était pour les autres. Une promesse faite par Charlotte Delbo à ses camarades d’Auschwitz : rentre, et parler ».

Comment décrire la peur, la soif , la faim, la mort, la lente agonie des déportés ? Comment faire de ces femmes, de ces hommes, de ces enfants une « constellation de visages » ? Là est toute la force de l’écriture de Charlotte Delbo.

La langue, la transmission, l’interaction entre l’auteur et le lecteur, et l’urgente nécessité de Vivre sont au cœur de ce récit.  L’admiration que porte Valentine à Charlotte est si palpable que l’on ne peut que s’en saisir, et se laisser porter, et emporter.

« Je me promets d’éclatantes revanches » a écrit Charlotte Delbo à Louis Jouvet (dont elle fut la secrétaire), à peine libérée.   Valentine Goby lui permet  de tenir cette promesse, enfin !

© Nath

 

Charlotte Delbo au micro de Jacques Chancel : Radioscopie [1974]