IMG_20170912_193408[1]

 

 

Ascension

Vincent DELECROIX

Editions Gallimard - Collection Blanche - Août 2017

Rentrée littéraire 2017

 

Lorsque Chaïm Rosenzweig, écrivain à la petite semaine, se trouve recruté par la NASA pour rejoindre un tout nouveau programme spatial et embarquer donc à bord d’une navette en direction d’une station spatiale, il pense détenir là une belle revanche sur la vie. En effet, au sein de sa propre famille, il a toujours eu du mal à trouver sa place, écrasé par la présence étouffante d’un frère , qui lui, réussit tout, alors que Chaïm vivote en travaillant dans le pressing familial.

Ce voyage intersidéral représente l’occasion pour Chaïm/Vincent (parce que oui, j’avais oublié de vous le préciser, mais Vincent Delecroix n’est autre que Chaïm), de poser cartes sur table, de dérouler son histoire, sa vision du Monde et d’accéder peut-être ainsi à la première marche du podium familial, voire plus !

Abordant moult sujets avec finesse, humour et élévation (à tous les sens du terme), par le biais de dialogues délicieusement subtils, l’auteur embarque le lecteur avec lui dans cette improbable aventure, peuplée de personnages qui le sont tout autant. A noter par exemple l’intervention de Jésus en personne (j’ai adoré ce moment-là du livre).

" Jésus : " ....A la sortie du tombeau, quelques jours après, j'ai bien compris que je ne pouvais pas repartir comme ça, qu'il fallait que je reste encore un peu. Qu'est-ce que c'est que partager la condition des hommes si on ne partage pas aussi leur histoire, un bout de leur histoire ? Il ne suffit pas de mourir pour connaître cette condition : il faut encore vivre, continuer à vivre, continier à marcher sur cette Terre. Je ne pouvais pas repartir après avoir annoncé tant de choses, suscité tant d'espoir, provoqué tant de scandales"..

J’ai aimé cette vision d’en haut, ce découpage au scalpel et sans concession d’une société matérialiste et en perte de repères dans laquelle on ne prend plus le temps, faute de temps..

J’ai été touchée par ce récit qui s’apparente à une fable initiatique selon moi, sous des apparences loufoques.
Enfin, chapeau bas pour les dernières lignes, et l’émotion qu’elles contiennent.

© Nath