20171021_195952[1]

 

Point Cardinal

Léonor de Récondo

Editions : Sabine Wespieser – Août 2017 –

232 pages

Rentrée littéraire 2017

 

Point Cardinal  est  l’histoire d’une métamorphose. Celle de Laurent, homme en apparence épanoui  tant dans sa vie de famille (il est l’époux parfait de Solange et l’heureux père de deux ados), que dans sa vie professionnelle.  Un homme ordinaire dans un milieu ordinaire en somme. Sauf que…

Sauf que Laurent , depuis aussi longtemps qu’il s’en souvienne, se sent femme,  se sent emprisonné dans ce corps et ce sexe masculins.

« Comment réunir ma peau d’homme avec la femme que je suis à l’intérieur, ses formes, son esprit, ses désirs ? »

Alors, Laurent, en silence, en secret, a fait naître Mathilda, une superbe femme, tout en sachant qu’il « n’est pas » elle. Il étouffe cette souffrance jusqu’au jour où Solange découvre tout. Ce sera alors pour lui le début d’un nouveau chemin,à la rercherche du point cardinal, celui qui permet de se diriger de s'orienter, puisqu’il va décider d’aller jusqu’au bout de lui-même, et de devenir Elle. 

« Rien n’arrête ce qui grandit, ce qui envahit ma peau comme une explosion sourde ».

  Il faudra affronter Solange, leurs enfants et leur compréhensible incompréhension (peut-on à la fois être père et femme ? Est-ce que le fait d’être une femme fait de lui un mauvais père alors même qu’il a voulu s’accomplir dans cette paternité ? ). Il faudra faire face au regard des amis, des collègues, des parents.

Il  se confondra avec Elle , pour devenir complètement Lauren.  Le récit commence au masculin, mêle les genres  (« Laurent est fatiguée ») et s’achève au féminin.: le roman se compose de trois parties  : dans la première , Laurent est "Il" . Dans la seconde , "Il" alterne avec "Elle", et dans la troisième, "Elle" est omniprésente . C'est une évidence, que vient conforter l'absence du mot "transexuel".

« Tout ce qui compte pour moi aujourd’hui, c’est d’être celle que je suis. Il n’ y a aucune frontière entre elle et moi. Nous sommes une. Ce n’est qu’une question de genre ».

Avec ce cinquième roman ,  Léonor de Récondo  signe un magnifique appel à la tolérance.  Evitant l’écueil du voyeurisme, du pathos, elle aborde le sujet avec pudeur , avec finesse, sans jugement aucun, et invite le lecteur à faire de même,  avec l’amour et le respect d’autrui comme seuls fils conducteurs.  La psychologie de chacun des personnages est brillamment étudiée, comme de l'intérieur, pour chacun d'eux.

Ceci dit, je mettrais un petit bémol tout de même : en effet, j'ai trouvé que de manière globale, une fois le choc passé, le changement était plutôt bien accepté,  un peu trop rapidement peut-être...  Mais  je me dis aussi que quand on aime une personne, on l'accepte telle qu'elle est, que ses choix importent peu, car on aime une âme, et non un corps.  C'est en tout cas une très belle leçon d'amour, et c'est ce que je retiendrai de cette lecture. 

© Nath