vz-6c5060a2-c099-4d2e-b2c3-38ee07b99ea1

 

 

Samedi dernier, avec une amie blogueuse (son blog qui vaut le détour, c’est ici) nous  sommes allées au théâtre, voir « Comme à la maison ».   Nous remercions vivement notre gentil Père Noël avant l'heure (tu nous as gâtées).

Dehors, il faisait froid, il faisait gris, il faisait triste…. Au Théâtre de Paris, il faisait ce temps si doux qu’on ne le voit pas défiler,  un peu comme un mélange sucré-salé qu’on savoure, entre amis, en « famille ».

La famille, justement, parlons-en !  Selon la sempiternelle tradition, c’est autour de Suzanne, maîtresse-femme et matriarche au verbe haut, que toute la famille se retrouve pour fêter le Nouvel An.   Deux fils que tout oppose, une fille fantasque, une belle-fille très « belle-fille », une tante totalement déjantée clouée dans un fauteuil roulant, un époux invisible au cercle de la mort (expression empruntée à une chère amie ), une bonne rasade d'humour et une pointe acérée de cynisme corrosif (et qu’est-ce que ça fait du bien !!!) ,  voilà ce que cette pièce de théâtre vous propose.

Le repas de famille dans toute sa « splendeur » se déroule là, sous vos yeux.  La réunion, genre grand-messe passe au crible tous ces non-dits, toutes ces rancoeurs muettes, toutes ces petitesses sous ce vernis « bien comme il faut ».  La cellule familiale en prend pour son grade, et la chute est tout simplement magistrale !

Servie par une distribution prestigieuse ( Annie GREGORIO,  Lisa MARTINO,  Françoise PINKWASSER ,Aude THIRION ; Pierre-Olivier MORNAS et Jeoffrey BOURDENET),  mise en scène par Pierre CASSIGNARD ,  «Comme à la maison » porte la double griffe de Bénédicte FOSSEY et d’Eric ROMAND (dont vous retrouverez ici la chronique du roman « Mon père, ma mère et Sheila »,  qui m’avait tant émue).

C’est jubilatoire, c’est un portrait au vitriol sous l’épaisse couche du vernis des convenances.

C’est un régal, une peinture sociétale réussie, qui évite l’écueil des clichés et des caricatures.  Bravo !

© Nath

Toutes les infos , c'est par ! (tu cliques sur là et hop, tu y es... presque !)

 

 

20171209_163936