07 mai 2018

Le poète de la semaine - Christian BOBIN

  J'ouvre la malle en osier où sommeillent ta petite robe de squaw, ta veste hippie, tes foulards comme des oiseaux coupés dans l'arc-en-ciel. Si les femmes multiplient chaussures et robes, c'est qu'elles cherchent en vain le poème. Ces chiffons sont devenus le linceul coloré de ton ombre sur la terre.  Léger comme un rayon de lune, sensible aux moindres nuances de ton souffle, le foulard à ton cou savait tout de ton âme. Christian Bobin - Noireclaire
Posté par Nath-A-Lie à 06:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]