20180512_145251[1]

 

 

Faute (s) de mots

Sarah BELMONT

Editions Le temps qu’il fait

 112 pages

 

Faute (s) de mots , de Sarah Belmont est un régal . Mon amour pour  la langue française,  avec ses bizarreries, son délicieux plus-que-parfait du subjonctif (Ah ! Corneille et Racine !), ses circonvolutions et circonlocutions, ses étrangetés, ses mots et merveilles, a trouvé son Graal dans cet essai, recueil de fautes, maintes fois ouïes, parfois prononcées (restons humbles, mea culpa !)

Pour ceux qui pensent que le verbe « croiver » existe réellement, vous allez, je le crains, tomber de haut (non, il n’appartient pas au premier groupe, ni à aucun, précisons-le).

Adeptes du « malgré que » , du «au  jour d’aujourd’hui », de « des fois »,  sachez que cela n’a pas plus cours ! (Oui, je sais, je mets là un terme à bien des illusions) !

« De vous à moi » (argghhh) au-delà de l’humour,  j’ai adoré feuilleter cet indispensable compagnon de mots .   A propos d’outils, je vous laisse, je vais empoigner pelle et pioche pour enterrer les expressions à bannir .

 

© Nath