20180712_104523

 

 

La tresse

Laetitia COLOMBANI

Editeur d’origine : Grasset

Edition : Le Livre de Poche – 240 pages –

 

Une tresse, c’est « l’assemblage de trois mèches, de trois brins entrelacés »

LA tresse, c’est le magnifique premier roman de Laetitia Colombani, paru aux Editions Grasset, puis récemment au Livre de Poche, qui m’a permis de le découvrir dans le cadre de notre partenariat.

Ces trois brins qui s’entrelacent, ce sont trois destins.  Ceux de femmes qu’à priori, tout oppose, hormis une farouche volonté de s’extirper d’une condition, d’une situation, imposées par un carcan sociétal.

Il y a Smita, l’Intouchable, qui vit dans un village reculé d’Inde.  Elle refuse que sa fille Lalita subisse le même darma (destin) qu’elle et ses ascendantes.  Elle va alors se révolter et fuir avec l’ enfant. Fuir le village,  le panier en osier, les latrines  qu’il faut vider à mains nues. Fuir la haine des Jatts, capables des pires violences. Fuir l’oppression.

« Pour elle-même, elle a accepté ce sort comme une cruelle fatalité.  Elle s’en fait la promesse, là , devant l’autel dédié à Vishnou, au milieu de la cahute sombre où son mari dort déjà.  Non, ils n’auront pas Lalita. Sa révolte est silencieuse, inaudible, presque invisible ».

Il y a Giulia,  jeune italienne énergique et battante. Héritière d’une affaire familiale en chute libre, elle va se battre pour la sauver. Se sauver, et sauver aussi  sa belle histoire d’amour avec Kamal, un Sikh  croisé par « hasard » dans la rue.  S’opposant à la tradition séculaire et féminine du clan, elle va aller à l’encontre de toutes les coutumes et du joug communautaire,  pourtant bien présent.

« Elle songe à Kamal , et comprend soudain que cet homme, elle ne l’a pas rencontré par hasard, le jour de Santa Rosalia.  Il lui a été envoyé Le ciel a entendu sa prière, et il l’a exaucée.  Il est là, le signe , le miracle qu’elle attendait »

Et enfin, il y a  Sarah. Sarah Cohen. Brillante avocate, image même de la femme à qui tout réussit. Elle mène de main de maître, à Montréal, sa carrière, et sa vie de maman de trois enfants.  Le tout est une mécanique parfaitement huilée, ne laissant aucune place au hasard, encore moins à ce grain de sable qui va venir tout enrayer, l’amenant à toucher les abysses.

« Intouchable, voilà ce que Sarah est devenue.  Reléguée au ban de la société. »

 Trahie, victime de discrimination (un cancer du sein, ça fait « tache » dans un milieu où tout n’est qu’apparence), elle va se battre parce que la vie est plus forte.

La tresse est un sublimissime roman sur les discriminations dont tout un chacun peut être victime, quel que soit son rang social, quelle que soit son origine.

C’est l’histoire d’un combat pour l’émancipation, pour la Liberté, pour l’Egalité. Pour toutes ces choses oubliées, me semble-t’il.  C’est la lutte de ces femmes, mais aussi à travers elles, de tous ceux qui se battent pour choisir le destin qui sera le leur.

C’est une magnifique leçon de solidarité, magnifiée par une plume d’une sensibilité qui écorche le cœur et tout le dedans. L’écriture est alerte, et court à l’urgence :  celle d’être enfin Soi.

La Tresse a reçu en 2017 le prix Relay des Voyageurs Lecteurs, le Trophée littéraire des Femmes de l’économie, et le Globe de Cristal du meilleur roman.

C’est un gros, gros, gros coup de cœur pour moi. Un roman à lire et à offrir !

Je remercie le Livre de Poche qui m’a permis de vivre ce si beau moment littéraire !

© Nath