cvt-sujet-inconnu

 

 

Sujet inconnu

Loulou ROBERT

Editions Julliard – Août 2018 –

Rentrée littéraire

#MRL18 #Rakunten

 

« Je pensais que ma douleur me protégerait de toutes les autres. Je pensais être forte. Plus forte. Que toi. Que tout.  Je pensais pouvoir tout arrêter. Partir avant. Avant quoi ?  Toi. Toi, tu ne pars pas. Je pensais garder le contrôle. Etre lucide.  C’est le pire. J’étais lucide.  Je pensais beaucoup.  J’avais des certitudes. J’avais tort ».

Enfant, Elle décide de quitter l’endroit où elle est née et où elle grandit.  Cette région de désolation, de froid, de gris, de solitude(s). Elle se le promet, elle fuira l’Est de la France.

Elle, c’est la narratrice. Sans identité autre que ce pronom « Elle ».  Comme si sa souffrance l’avait décharnée, dépossédée de toute réalité, de toute peau, de toute existence.

Elle a pour seul ami une peluche, Sam. Un doudou qui la suivra fidèlement, et à qui elle confiera tout ce qu’elle ne peut dire à ces autres, si inaccessibles.

Elle est éperdue d’amour pour sa mère, avec qui elle entretient une relation fusionnelle. Cette mère qui n’a pas trop eu le choix.  La quitter pour s’installer à Paris sera finalement une déchirure.  Une de plus.  Elle a connu les  hôpitaux psychiatriques, elle a connu le froid, elle va faire l’apprentissage de la « liberté ».  Elle n’a pas les armes pour ça. Trop fragile, trop sensible sans doute.  Perdue dans ses études tout comme elle l’est dans sa vie, elle va faire la connaissance de son seul ami, un vieux voisin, Lucien, qui  écoute Barbara chanter « Dis, quand reviendras-tu », la nuit.

« Si son visage n’était qu’une bouche, on pourrait croire au bonheur. S’il n’était que deux yeux, tristesse.  Il est les deux. Mon Lucien. C’est ce qui m’a marquée quand j’ai ouvert la porte. Deux grands yeux, qui racontaient une vie de solitude, une bouche qui promettait qu’ensemble, nous allions être heureux ».

Certaines solitudes sont destinées à se croiser…

Et puis, il y a ce moment où tout s’effondre. Ces moments où tout bascule.  Le cancer de sa mère.  Le coup de foudre amoureux avec ce garçon aux yeux noirs et aux lèvres rouges.   Lui avec sa violence dévastatrice. Destructrice.

« Tu es devenu fou. Tu ne supportes plus d’être loin de moi…  Tu es venu me sauver. Tu vas t’occuper de moi. Tu vas me faire oublier. Tu veux combler. Remplacer. Tu as toute la place à présent. Plus jamais je ne te quitterai.  Dans mon sommeil, j’entends la promesse faite à ma mère. Ne pas revenir vers toi. Je ne suis pas revenue. C’est toi ».

Sujet inconnu, c’est une écriture incisive, lapidaire.  Des phrases courtes.  C’est oppressant, et c’est divinement mené, d’un bout à l’autre.  C’est l’itinéraire d’une enfant qui voulait juste beaucoup, beaucoup d’amour. D’une femme écorchée.   C’est une urgence.  Celle de Vivre. Avec un V majuscule.

« Je ne veux pas briller. Juste ressentir. Chercher la vérité. »

J’ai découvert l’autrice, Loulou Robert, avec ce roman.  Elle et son talent inouï.    Elle et sa plume si particulière.  Elle et les ténèbres qui s’engouffrent, là, page après page.  

J’ai fait cette lecture dans le cadre de ma participation aux matchs de la rentrée littéraire Rakuten.

© Nath

 #MRL18

#Rakuten