20181013_200809[1]

 

L’arrière-pays de Christian Bobin

Dominique PAGNIER

Préface de Lydie DATTAS

Editions de l’Iconoclaste – Octobre 2018

250 pages

 

Il y a ces auteurs, qui, par la grâce de leurs mots, ont le don de changer une vie. Christian Bobin fait pour moi partie de ceux-ci.

C’est donc avec une grande émotion que j’ai voyagé dans l’arrière-pays du poète-ermite, grâce au livre que Dominique Pagnier lui a consacré , et qui est paru aux Editions de l’Iconoclaste.

Tout commence par la magnifique préface de Lydie Dattas, poétesse et compagne de Bobin .  C’est d’ailleurs elle qui a conçu l’ouvrage, qui va rejoindre mes précieux livres de chevet.

« … Le rire atomique de Bobin est sa réponse.  Cette bombe adorable projette en explosant des fleurs de feu, et des boulons de soleil…  S’il est sans ruses, son entêtement à ne jamais mentir, même pour sauver sa peau, est grandiose. Rien ne le ravit plus que ce mot d’Arvo Pärt : « Même si je perds tout ». Bobin dit « Je suis – j’essaie d’être – un oiseau sans partition ».  Génial ? Si ce mot signfie bien « qui a un caractère de fête, gai , abondant », qui plus que lui, mérite cet adjectif ?  »

De l’enfance du poète, à ses carnets inédits, ce livre est émaillé de cailloux blancs, de ceux qui mènent à sa maison,  nichée dans une clairière non loin du Creusot.

Lors d’une rencontre en librairie,  l’auteur-enchanteur confiait qu’il avait toujours dans sa poche des carnets sur lesquels il notait ses pensées errantes,  ses bribes d’idées, la couleur des roses trémières de la rue d’à-côté, les citations d’auteurs qui  lui sont chers. Alors, forcément avoir accès à cette part d’intime, c’est un bonheur absolu !

Au fil des pages, on découvre le chemin qui a mené l’enfant Christian  au  poète Bobin.  Un chemin fait de mots, de musique, de contemplation, d’amour, de foi,  de soleil, d’étoiles.   On retrouve bien sûr Ghislaine,  la « Plus que vive », « Noireclaire »  la « sœur de lait ».

«  « Ma deuxième naissance a commencé en la voyant entrer dans une pièce ». Deuxième naissance. Vita nuova ».

On retrouve son admiration pour Bach, Django Reinhardt, Glenn Gould , Arvo Pärt,  et bien sûr Jean Grosjean,  Emily Dickinson, Cioran, Rimbaud, André Dhôtel et bien d’autres.

On découvre la bibliothèque de l’auteur, sa chambre d’écriture, celle-là-même où naissent les mots qui voyageront jusqu’à nous et nous enchanteront.

L’arrière-pays de Christian Bobin, c’est un ouvrage qui lui ressemble : tout en simplicité et poésie,  partage, musique, et lumière.

« Je ne crois pas en Dieu messieurs dames. Je crois en ce qui l’annonce. Les courants d’air. Le clignotant jaune du coucou. Le souvenir des morts qui est plus qu’un souvenir, qui est plus qu’un souvenir, qui est un soleil attrapé par un miroir brisé.  Et le rire messieurs dames.  Le rire, celui du cœur fracturé, une branche de lilas qui sort de la poitrine, l’adieu aux logiques mortifères et aux rois accusateurs. Le rire – Dieu à portée de voix.  Simple comme mourir »

L’ouvrage se clôt sur une chambre, une mansarde, un regard en arrière, et un retour à la patrie qui est la sienne : « sa feuille de papier blanc.  Commence alors le livre dont il est enfin l’absent : La Nuit du cœur ».

Je remercie les Editions de l’Iconoclaste pour ce magnifique cadeau et cette splendide découverte d’un arrrière-pays dans lequel j’ai tant aimé me perdre.. pour  mieux me retrouver.  Merci  Monsieur Bobin !

© Nath

20181013_200609[1]