20181030_161752[1]

 

Glaise

Franck BOUYSSE

Editions : La Manufacture de livres - Septembre 2017 -

Le Livre de Poche  -Septembre 2018 –

 

Ce qui se dégage d’abord de Glaise, et ce dès les premières pages, c’est cette atmosphère pesante, magistralement portée par Franck Bouysse. Ambiance de nuit, d’orage, de peur, de canons qui tonnent au loin.

Nous sommes en effet en 1914, dans le Cantal.  Un endroit perdu dans un monde à la dérive.  Des personnages vont évoluer dans un huis-clos où se mêlent silences, colère, effroi, et amour.

Victor part au front. Comme tous les hommes valides , il a été mobilisé.

« Victor ne réagit pas lorsqu’on l’appela « soldat » pour la première fois. Cette manière de les désigner frères, de les démembrer de leur passé, parut ruisseler sur lui. Ce ne fut qu’une fois l’uniforme revêtu qu'il prit véritablement conscience qu’on le volait à lui-même et à ceux qu’il aimait ».

Son fils Joseph, quinze ans et demi, va devoir s’occuper de la ferme, et porter le chagrin et l’angoisse de sa mère et de sa grand-mère, quittant une vie simple pour devenir déjà, sans doute trop tôt, un homme. 

« …Maintenant que son père était parti, il  prenait conscience qu’il allait devoir apprivoiser différemment l’univers amputé de la part tendre de l’enfance. Devenir un homme avant l’âge d’homme ».

Autour de lui, gravitent le vieux Léonard, voisin et ami, soutien de la famille, et la famille Valette.  A la tête  de celle-ci, trône le patriarche, brute épaisse, incarnation du Mal. Il a échappé à la mobilisation en raison d’une main qui ne répond plus.  

Et puis, et puis, il y a les femmes.  Car, selon moi, elles sont le ciment du roman : mères, épouses, elles ont toutes  en  commun, au-delà des haines,  des rancoeurs, et des lourds secrets,  ce poids qu’est  le désespoir de voir partir un fils, un mari.

Il y a, dans cette obscurité enveloppante, l’Amour naissant.

Il y a la Terre.

Il y a la guerre. Lointaine.

Il y a cette ambiance oppressante,  qui enserre, page après page, ces mots superbement posés.

Il y a l’écriture puissante, magnifique et magnétique , de Franck Bouysse.

Gros coup de cœur pour « Glaise » !

© Nath