57379393_10213438701417229_4786964552900149248_o

 

 

Grand frère

Mahir GUVEN

Editions Philippe Rey –Octobre 2017

Editions Livre de Poche  - Janvier 2019

 

Grand frère, de Mahir Guven, a obtenu (entre autres) le Prix Goncourt du Premier Roman en 2018.  Un choix aussi judicieux qu’audacieux, pour récompenser cette pépite à la langue extraordinairement contemporaine.

Grand frère, c’est l’histoire d’une fratrie, d’une famille, d’une société. 

L’auteur donne la parole à tour de rôle à Grand frère et à Petit frère.  Ils n’ont pour identité que celle-ci, leurs prénoms seront révélés dans l’épilogue.  Comme pour mieux souligner leur transparence dans un monde qui les nie,  où l’ascenseur social est en panne depuis belle lurette, et où le seul salut reste l’escalade.  Encore faut-il pouvoir et savoir grimper.

L’aîné est chauffeur VTC,  au grand dam de son père, taxi et kurde d’origine. Le cadet , infirmier, est celui qui a tout réussi.  Il se révèlera être la brèche de cette famille amputée de visage maternel, puisque la mère est décédée  et que tous se sont construits sur cette immense douleur, cette absence pesante. Petit frère est idéaliste, il rêve de sauver les peuples opprimés,  ses semblables en souffrance, et va, pour se faire, intégrer une ONG, qui va le conduire en enfer.

« La vie ? J’ai appris à la tutoyer en m’approchant de la mort. Je flirte avec l’une, en pensant à l’autre. Tout le temps, depuis que l’autre chien, mon sang, ma chair, mon frère, est parti loin, là-bas, sur la terre des fous et des cinglés. Là où pour une cigarette grillée, on te sabre la tête. En Terre Sainte. Dans le quartier, on dit « «au Cham »…. Dans le monde des gens normaux, on dit "en Syrie", avec une voix étouffée et le regard grave, comme si on parlait de l’enfer. Le départ du petit frère, ça a démoli le daron »

Et puis, un jour…ll revient…

Grand frère est une histoire sublime, de celles qui vous happent de la première à la dernière page.  Sa puissance est liée non seulement à la trame du récit ( qui relève tant du thriller psychologique, que du roman social),  mais aussi à l’écriture, qui, selon moi, est un personnage à part entière. Les sujets abordés (l’exclusion, l’immigration, l’exploitation de tous ces jeunes uberisés, le métissage,  la religion souvent galvaudée,  le regard d’autrui sur les banlieues qui dérangent...) m’ont emportée, révoltée,  bouleversée.  Reflet d’une société inégalitaire, mené par une plume colorée et rebelle, par une verve savoureuse, Grand frère est pour moi un très, très très gros coup de cœur !

« Le monde tourne, et son équilibre est perpétuel. Je me demande pourquoi on vit. On se bute avec la pelouse, les conflits sociaux, la religion, alors qu'on est là pour kiffer avant tout, sinon pourquoi Dieu se serait embêté à nous créer ? La lune scintille sur la plaine de béton. Elle, elle a réussi à se séparer de la Terre il y a quatre milliards et demi d'années »

J’ai fait cette lecture dans le cadre de ma participation au Prix des Lecteurs du Livre de Poche 2019, catégorie Littérature.

© Nath

NB : Grand frère  a reçu le Prix Goncourt du Premier Roman 2018, le Prix Première, et le prix Régine Deforges du Premier Roman  2018.