82297104_10215253563787654_3790754121317875712_o

 

Guillotinés

Les carnets du bourreau Deibler (1890 / 1931)

Présentés par Eric GUILON

La Manufacture de Livres – 09/2019

 

Publier des morceaux choisis des Carnets d'un bourreau, il fallait oser... La Manufacture de livres l'a fait !

Anatole Deibler , bourreau de son état, devint le bras droit (si j'ose dire!) de son père en 1890.

Il était méthodique, Anatole, voire mono-maniaque. Ses carnets sont là pour le prouver. Il y dresse en effet le pedigree de chacun de ses « clients », photographies à l'appui (nous sommes au début de cette nouvelle méthode , initiée par Aphonse Bertillon , à savoir l'anthropométrie judiciaire). Pour certains d'entre eux, ceux qui n'ont pas eu la « chance » de partir pour Cayenne, il y va même de sa touche personnelle, rajoutant des détails, tels que la météo du jour ou l'identité des personnes présentes lors de l’exécution.

Au palmarès de celui qui fut le dernier bourreau public en France, figure notamment le célèbre Landru, accompagné de la liste de ses victimes ;

Au-delà de l'aspect documentaire (incongru, il faut le reconnaître- âmes sensibles s'abstenir), il faut souligner la qualité graphique de l'ouvrage , la couverture et le papier notamment.

Pour la petite anecdote, sachez que lesdits Carnets ont été vendus aux enchères en 2003 pour une somme avoisinant les 100.000 euros.

© Nath