83290507_10215315832064322_4719548263731036160_o

 

 

Envole-moi

Sarah BARUKH

Editions Albin Michel – Janvier 2020

Rentrée littéraire d'hiver

 

Lorsqu'il a trois ans, j'ai découvert l'écriture de Sarah Barukh, avec "Elle voulait juste marcher tout droit", je pressentais qu'elle avait déjà tout d'une grande . « Envole-moi », son troisième roman, en est la preuve indéniable (après ça qu'on ne vienne pas mettre en doute l'intuition féminine!). C'est avec un gros pincement au cœur que je l'ai refermé , tant au fil des pages, je me suis attachée tant aux personnages qu'à leur histoire (vous qui me suivez, vous savez à quel point j'ai besoin d'entrer en empathie avec les protagonistes d'un récit).

Pour vous en toucher quelques mots, sans divulgâcher quoi que ce soit , Envole-moi est l'itinéraire d'une amitié, celle qui unit Anaïs et Marie, depuis les bancs de l'école élémentaire. : deux filles, deux opposés, deux pôles contraires, deux horizons, deux milieux socio-culturels, un lien unique, la musique en fil d'Ariane, les confidences, les rires, les larmes, les silences, la jalousie soigneusement cachée.. Une vie faite de légèreté, en dépit des recoins sombres non avoués, de désirs, de mots échangés sur les agendas (qui ne l'a jamais fait?) . Deux existences étroitement liées, que rien ne devrait pouvoir éloigner... Rien, sauf peut-être la fatalité, celle-là même qui est, selon moi, l'un des fils conducteurs du récit. Celle à laquelle il faut échapper, celle qui vous rattrape lâchement alors que vous ne vous y attendez pas. Celle qui casse, qui coupe, qui griffe, qui fait mal. Un drame va séparer les deux jeunes files, jusqu'au jour où...

Sarah mène le récit de bout en bout avec brio, comme toujours ai-je envie de dire … Mêlant passé et présent, surfilant entre les lignes des problématiques très actuelles, elle alterne humour et gravité J'ai beaucoup ri, j'ai beaucoup pleuré , j'ai ressenti tant la douceur que ces douleurs sourdes si justement posées sur le papier. Je n'ai eu aucun mal à m'identifier à l'une ou à l'autre, car nous sommes toutes et tous un peu yin et un peu yang, entre gris clair et gris foncé. Big up pour les références musicales, qui ont fait renaître chez moi de jolis souvenirs. Big up pour ce récit d'une sincérité absolue, comme je les aime !

Je remercie grandement ma chère Sarah pour … (la liste serait trop longue, je vous l'épargne!), Maëlle Guillaud son éditrice, les Editions Albin Michel, Claire et Mickaël. , grâce à qui j'ai pu découvrir ce roman en avant-première ...Gratitude infinie à vous toutes et tous !

© Nath