204567157_10218760545580007_8088376589361057022_n

 

 

Les bourgeoises
Astrid ELIARD
Editions Mercure de France - Mai 2021
Recueil de nouvelles

Coup de coeur !

Il fallait le talent, le culot, l'humour, et la verve d'Astrid Eliard pour s'attaquer à cette citadelle apparemment imprenable qu'est la bourgeoisie, plus précisément à la gent féminine qui la constitue. Pas évident en effet de dresser le portrait de ces personnages sans verser dans la caricature un peu trop facile.

Ce recueil de (huit) nouvelles est un régal, une jubilation, un pur bonheur !

L'autrice égratigne juste ce qu'il faut là où il faut. Qu'elle nous dépeigne celle qui réfléchit à la nounou idéale, avec des critères bien à elle, celle qui choisit une école privée pour son rejeton quitte à se noyer dans les mensonges, la fauchée qui se parfume en douce aux Galeries Lafayette, celle qui joue la cliente tatillonne à la pharmacie ou encore celle qui découvre avec stupéfaction cet univers, elles sont toutes d'un indéniable réalisme. On ne peut d'ailleurs qu'y retrouver quelqu'une qui aura croisé notre route , des paroles maintes fois entendues et supposées justifier leur rejet de tout ce qui n'appartient pas à ce cercle très fermé auquel elles s'accrochent désespérément parfois.

Les bourgeoises, ce sont 140 pages de causticité hilarante, c'est un regard drôle et aussi parfois empathique, car, pour un peu, on les plaindrait, ces femmes déconnectées de la réalité, sans autre idéal que celui de paraître.

J'ai a-do-ré cette lecture . J'ai beaucoup ri (et ça fait du bien). Par dessus-tout, j'ai aimé cette façon qu'a Astrid Eliard de les chatouiller mine de rien, de les ridiculiser sans méchanceté.

A titre plus personnel, j'ai eu l'impression, parfois, de régler des comptes, et je vous avoue sans aucun mal que j'ai beaucoup, beaucoup aimé (plaisir avouable) les voir quelque peu brocardées, même si certaines ont réussi à m'émouvoir .

Je remercie les Editions Mercure de France pour cette lecture jouissive et ce moment fort agréable passé en compagnie des "bourgeoises".

© Nath