236139760_10218983532514541_1801065427904472334_n

 

Premier sang
Amélie Nothomb
Editions Albin Michel - Août 2021
Rentrée littéraire

En août 1964, commençait au Congo la plus grande prise d'otages du XXe siècle. Parmi ceux-ci, Patrick Nothomb, alors Consul de Belgique, basé à Stanleyville.

Conduit face au peloton d'exécution, celui qui s'évanouissait à la seule vue du sang, va voir sa vie défiler. De son enfance d'orphelin de père jusqu'à la naissance de ses deux premiers enfants, et sous la plume de sa fille Amélie, il déroule le fil de son existence.

Délaissé par une mère éplorée, veuve inconsolable, il est régulièrement confié aux "bons soins" du clan Nothomb, pour "s'endurcir'. Celui-ci, mené par le fantasque et impitoyable Pierre, s'avérera un lieu de destruction, la misère, la maltraitance, y régnant en maîtresses absolues, de façon démentielle.

Dans ce roman particulièrement touchant , Amélie Nothomb rend un vibrant hommage tant à la filiation qu'à ce père décédé il y a un peu plus d'un an,, à l'homme qu'il fut, qui rêvait d'être gardien de but ou chef de gare, un être hors normes, à la fois fragile et solide.

J'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir ce nouvel opus. Son ton intimiste, et cette forme de narration, à la première personne, m'ont touchée.

Preuve est faite que peut-être, ce qui ne tue pas rend réellement plus fort.

"Chaque moment est sécable à l'infini, la mort ne pourra pas me rejoindre, je plonge dans le noyau dur du présent"

"La paternité était ma vocation, je le sentais, et pourtant, je n'avais aucune idée de ce en quoi elle consistait".

© Nath