Un-fantome-americain

 

Un fantôme américain

Hannah NORDHAUS

Editions Plein Jour - Septembre 2017 -

Rentrée littéraire 2017

 

L’été qui touche à sa fin (hélas) m’a permis d’endosser la panoplie d’Explolectrice, et c’est grâce à Lecteurs.com que j’ai découvert « Un fantôme américain ».

Hannah NORDHAUS est l’arrière-arrière-petite-fille de Julia Staab, le célèbre fantôme de Santa Fe.

Désireuse de redonner vie, l’espace de ses recherches et de ce livre, à son ancêtre, l’auteure entraîne le lecteur sur les traces d’une femme en souffrance, dont on ignore tout et dont on apprendra, dans le fond, bien peu de choses.

Mariée à Abraham, homme capitaliste et avide, qu’elle aimait (mais le fut-elle en retour ?), née à une époque , le XIXe siècle, où la femme avait surtout le droit de se taire, expatriée aux USA depuis son Allemagne natale, elle fera partie des pionniers du Grand Ouest, encore à terre après la guerre de Sécession, au plus fort des guerres indiennes.

Son époux apparaît comme un mufle, elle comme une proie.

Elle mènera une vie terne, en  proie à une santé physique et mentale altérée  (on parlait de « mélancolie »), jusqu’à  son décès en 1896, et la première apparition de son fantôme une trentaine d’années plus tard.

Croisant ses propres informations avec celles qu’elle va chercher auprès de membres de sa famille, et de médiums notamment, Hannah Nordhaus veut aider Julia à passer « de l’autre côté ».

« Julia était heureuse que je raconte son histoire, elle était prête à partir ».

Voici un livre totalement surprenant, une histoire inattendue. Une leçon sur le temps qui passe, sur l’oubli, sur le sort des femmes à la découverte du Grand Ouest (on a toujours parlé des pionniers, peu des épouses qui les ont suivis).

Peu à peu, au fil des pages, l’auteur, grâce à un style précis et à des chapitres  s’ouvrant à chaque fois  sur une photographie d’époque, tente de lever le voile et donne vie à ce fantôme . On entend presque sa  voix, ses sanglots. On étouffe sous le poids de son mal-être et de sa solitude.

Mon  bémol viendra des descriptions longues, bien longues, parfois trop longues  à mon goût. Je me suis parfois ennuyée de ce fait, au milieu de ma lecture.  En effet, j’ai eu l’impression de ne plus avancer, de relire la même chose, encore et toujours.

Je n’ai donc pas été totalement convaincue par cette lecture, mais touchée tout de même par le destin de cette femme,  et par l’écriture d’Hannah Nordhaus,  par sa volonté d’apaiser le fantôme de Julia, puisse-t- elle enfin avoir trouvé la Paix !

© Nath