Le Boudoir de Nath - Blog littéraire -

26 juin 2017

Als Catars - Atelier Bric A Book 273 -

terre-paume

 

 

A toi, mon enfant, j’offre cette poignée de terre.

Celle-là même qui porte le sang de nos souffrances.

Celle de tes ancêtres.

Cette poignée de terre porte notre Mémoire.

Notre Mémoire collective.

Celle de ceux qui n’ont jamais voulu se soumettre.

Ceux qui ont refusé de renoncer.

D’abjurer.

Celles et ceux de Béziers, de Minerve, et d’ailleurs.

Garde le souvenir de ce matin lumineux du 16 mars 1244,

De cette  ultime poignée de terre que je te transmets,

Et qu’à ton tour, tu transmettras à tes enfants.

Un jour le laurier refleurira.

Montségur

16 mars 1244

 

© Nath

A la mémoire de mes ancêtres cathares.

Posté par Nath-A-Lie à 00:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]


22 juin 2017

Sur un fil tendu entre deux mondes - La nuit je mens - Cathy GALLIEGUE -

IMG_20170604_105731[4]

 

 

La nuit je mens

Cathy GALLIEGUE

Editions Albin Michel – Avril 2017 –

 

« Moi, j’aime la fragilité. J’aime les sentiments qui débordent. J’aime me coller à ceux qui ont froid dedans. J’aime n’être rien d’important, mais être au monde pleinement… J’aime écrire sur mes murs et des nuits entières sur mon ordinateur ».

On parle souvent d’amour fou.  C’est là le thème de ce premier roman ,aussi fort que poignant, de Cathy Galliègue, paru aux Editions Albin Michel. Un amour au-delà de la raison, de la mort, de la réalité, à la lisière très ténue de la folie.

Mathilde coule des jours heureux et paisibles  auprès de  Gaspard, homme parfait, gendre idéal, « merveilleux amant, amoureux sincère ».

Ce bonheur profondément linéaire est soudain pulvérisé quand elle apprend le suicide de Guillaume, son premier amour, et que celui-ci, peu à peu, vient s’immiscer dans son quotidien, l’entraînant peu à peu dans les méandres d’un Styx vertigineux,  entre deux  eaux, entre culpabilité, infidélité onirique et failles sismiques intérieures.

« Il était réparé, j’étais délabrée »

Cathy Galliège signe là un magnifique roman sur l’amour, celui qui détruit, certes, mais aussi celui qui construit et permet de se construire, de se découvrir, au-delà des ornières qui balisent un chemin de vie jalonné de choix, de non-choix, de concessions et de compromis.  

Une plume puissante, une plume uppercut, lumineuse autant qu’apnéique…  Une formidable  histoire qui  prend par le cœur, par les tripes, qui vous cloue tant d’effroi  que d’espoir.  Un roman bouleversant, qui m’a saisie de bout en bout, m’a profondément troublée, et viscéralement ébranlée.  Des larmes bien souvent, et cette sensation de vide une fois le livre refermé.

  Une lecture que je conseille vivement donc !

« Une caresse sur la joue m’a ouvert les yeux.  A mes pieds, une plume blanche venait de se poser ».

©Nath

Posté par Nath-A-Lie à 06:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 juin 2017

Vers une vie plus pleine - Mon projet bonheur - Christine MICHAUD -

IMG_20170613_222504_918[1]

 

 

Mon projet bonheur

Christine Michaud

Editions Mazarine – Juin 2017 –

 

« Nous sommes ce que nous répétons sans cesse » (Aristote)

Nous avons toutes et tous, je pense le projet d’être heureux.

Basé sur l’importance de la gratitude, de l’instant présent et du lâcher-prise , « Mon projet bonheur » , signé par Christine Michaud et préfacé  par Frédéric Lenoir est une mine de diamants, constituée de galeries multiples, qui mènent toutes à la sérénité , à l’apaisement et par-dessus tout à l’Accomplissement de soi .   Ce  n’est pas un énième livre de développement personnel, c'est bien plus !

Ce bonheur, il s’agit de le planter, et puis de l’aider à germer, à grandir. Il s’agit de laisser fleurir ce qu’il y a de plus beau en nous. Tout simplement.  Il  s’agit de devenir acteur de sa propre vie.

Il s’agit de l’entretenir chaque jour, pour aboutir  à la floraison, à la célébration du cheminement accompli, lequel n'est pas une fin , mais un début.

Emaillé d’exemples, de confidences, de citations, de conseils,  et de recettes toutes simples à appliquer au quotidien , ce livre est un rayon de soleil. Pas un soleil éphémère, non !  Un immense, un beau soleil. Un qui dure et qui ne cesse de briller, car il est en chacun de nous. Chaque chapitre , comme un coffre que l’on ouvre, contient également des suppléments de bonheur : lectures, films, musiques.

Le parcours vers la floraison dure 12 semaines.   84 jours pour apprendre à danser avec la vie, à prendre conscience des pouvoirs de la pensée positive.  3 mois pour « poser les nouvelles bases d’une vie meilleure et optimale ».  

Chacun des 12 chapitres se clôt par un « journal intime »,  permettant ainsi au pèlerin de poser ses mots, ses ressentis, et ce baluchon qui va s’alléger  tout au long du chemin…

Un bonus pour la magnifique couverture , qui , à elle seule, donne déjà envie de cheminer.

Je remercie vivement les Editions Mazarine pour ce cadeau solaire,  j’espère rencontrer l’auteur lors de sa venue  à Paris, et rendez-vous dans 12 semaines !

« L’amour incarne notre pouvoir le plus puissant, il nous aide à gravir notre escalier, marche après marche, en nous émerveillant » (Christine Michaud).

© Nath

 

Posté par Nath-A-Lie à 02:03 - Commentaires [5] - Permalien [#]

19 juin 2017

Nationale 7 - Atelier Bric A Book 272

vw-cocci

 

 

Nationale 7

Celle qui mène au soleil

Petite coccinelle

Elle conduit sa vie

Elle déploie ses Elle

Enfin

Les Beach Boys  chantent  Get around

Elle danse sur le fantôme de cette ombre

Qui hante le rétroviseur de sa vie

Elle a laissé l’ombre noire

Derrière elle

Elle a jeté dans sa valise

Sa robe vichy à carreaux roses

Un livre de Sagan, et un espoir infini

Elle pense à l’immensité en Devenir

A cette belle histoire

Celle qu’elle allait écrire

Là-bas.

© Nath

 

 

 

 

 

 

Posté par Nath-A-Lie à 01:53 - Commentaires [14] - Permalien [#]

14 juin 2017

Il était une fois - Marx et la poupée - Maryam MADJIDI -

LNA_MADJIDI

 

 

Marx et la poupée

Maryam MADJIDI

Editions le Nouvel Attila – Janvier 2017 –

 

« Un homme est assis seul, dans une cellule. Il tient dans une main une pierre, de l’autre une aiguille à coudre. Il creuse la pierre avec la pointe de l’aiguille.... Il grave un nom , une manière de dire qu’il pense à elle, ce bébé qui n’a que quelques jours et la vie devant soi ».

Maryam Madjidi n’est encore qu’une enfant, lorsqu’avec  ses parents, elle quitte son pays, l’Iran. Elle ne comprend pas le pourquoi de cet exil, cette déchirure, cet abandon de tout ce qui faisait sa vie de petite fille, les jouets qu’il faut donner, et les livres qu’il faut enterrer.

« Marx et la poupée » est le récit d’un déracinement, d’un enracinement dans un pays (la France) dont les codes, la langue, les odeurs sont totalement inconnus.

Maryam conte plus qu’elle ne raconte. Elle conte l’adieu, l’exil dans sa vérité nue,le poing levé et le poing qui s’ouvre.

« Ouvre le poing et ne  détruis pas ce que tu tiens à peine dans ta main »

Elle conte la souffrance, la peur, la mémoire endormie et réveillée. Celle qui  sauve de l’oubli.

Elle chante la Perse, la poésie,  Omar Khâyam et Hâfez.

Elle peint la vie, la mort, la peur, le sublime,  une étoile filante.

Elle raconte les trois naissances qui ont été nécessaires à la réconciliation entre la persane et la française.

J’ai été totalement emportée par ce roman tissé par la grâce, la lumière, et l’indubitable talent de Maryam Madjidi.

J’ai été bouleversée par le destin de cette famille, par le lien entre l’enfant et ses parents, par cette grand-mère aux « mains ridées, aux veines saillantes », symbole de la libération et de la liberté d’Etre Soi.

La mémoire qui sommeille en chacun de nous, les racines auxquelles on ne peut échapper,  la transmission intergénérationnelle,  et bien sûr la dénonciation de la dictature en Iran, sont les principaux ingrédients  de ce roman aux accents autobiographiques, aux senteurs de thé noir et de panir-é-Tabriz, aux intonations de farsi, aux douces sonorités poétiques.

« Marx et la poupée » est un livre lumineux, à l’écriture puissante.

Il a reçu le prix Goncourt du Premier Roman 2017, ainsi que le le 13e prix Ouest-France Etonnants voyageurs.

Je remercie lecteurs.com pour cette lecture inoubliable, découverte dans le cadre des 30 romans sélectionnés pour le prix Orange du Livre.

Merci aux Editions le Nouvel Attila et à Maryam pour les émotions, les émotions, les sourires, les rires, et les yeux qui piquent !

« Je suis une guirlande de mots accrochée à un arbre qu’un enfant montre du doigt ».

© Nath

 

 

Posté par Nath-A-Lie à 13:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]


12 juin 2017

Clair-obscur - Atelier Bric A Book 271 -

bric a book 271

 

© Marion Pluss

 

Un écran blanc bordé de noir.

Ses yeux à elle, ses yeux bordés de khôl.

Sa vie blanc sur noir.

Indissociables nuances, indispensables dissemblances.

Victoire de la lumière sur la cécité.

Un écran blanc sur lequel  elle va écrire son Destin, du bout du cœur, du bout des rêves trop longtemps confinés dans l’obscurité méandresque de son dédale, du bout du passé qui devient Avenir.

Blanc immaculé , toile blanche, toile vierge qui attend juste qu’elle y dessine ses espoirs, ses réalités, ses envies, son En-Vie, sans songer au mot « Fin ».

© Nath

Posté par Nath-A-Lie à 00:57 - Commentaires [9] - Permalien [#]

11 juin 2017

Vis ma vie de jurée littéraire

IMG_20170531_225757_760[1]

 

 

Vis ma vie de jurée littéraire

 

J’ai eu cette année la grande chance d’être sélectionnée en tant que jurée pour deux prix littéraires prestigieux :  le Grand Prix des Lectrices Elle et le Prix des Lecteurs l’Express/BFMTV.

Ce fut un incroyable bonheur , vous vous en doutez, pour la passionnée de mots et de livres que je suis. Pour la blogueuse que je suis devenue également (un immense merci à ma marraine Eirenamg ,  vous trouverez ci-dessous le lien menant à son propre blog) .

Des mois de lectures aussi diverses que surprenantes,  des coups de cœur, quelques déceptions, des rencontres magiques avec des personnes qui sont devenues depuis, chères à mon cœur, des échanges passionnants et passionnés, des discussions enrichissantes, et au bout du bout , deux soirées que je n’oublierai jamais.

Je remercie du fond du cœur les comités de sélection, les merveilleuses fées et magiciens qui ont lu et aimé mes chroniques parues dans les quotidiens respectifs et bien sûr, je remercie les  auteurs,  et les maisons d’édition, sans qui tout cela n’aurait pu être.

Merci pour la féerie des mots, ceux-là même qui remplissent des pages qui deviennent des livres.

Merci pour ces mois merveilleux.

Merci aux partenaires pour les cadeaux reçus, nous avons été très très gâté(e)s.

Et surtout, un immense , immense, merci à la Vie, qui sait si bien gommer la noirceur à grands coups d’étoiles.

© Nath

le blog d'eirenamg : 1 gourmandise à partager: la lecture

Photo du jury et du Lauréat 2017 merci Lecteurs pour les photos. Le livre de Dalembert est un beau voyage dans l'histoire, et dans différents endroits du globe. Le personnage principal Ruben est un vieux médecin qui vit à Haïti, lui qui a toujours été discret autour de son passé se retrouve en 2010 après le séïsme qui a ravagé l'île face à une de ses petites cousines Deborah.

http://eirenamg.canalblog.com

 

IMG_20170523_212611_936[1]

 

IMG_20170531_173627[1]

IMG_20170602_230159_507[1]

IMG_20170607_171344_456[1]

 

IMG_20170607_204329_069[1]

DOM_8388

Posté par Nath-A-Lie à 11:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 juin 2017

Chromosome 7 - Claire de Plume - Damien LUCE

IMG_20170530_174041[1]

 

 

Claire de Plume

Damien LUCE

Editions Héloïse d’Ormesson – juin 2017 –

 

Lorsque Claire vient au monde, avec quelques doigts « clandestins »en plus (« quatre paires rabougries) ,  le verdict des médecins est sans appel : elle ne vivra pas.

Bien des années après cette pseudo-vérité assénée par un généticien, Claire est toujours là.

Damien , son frère aîné,  lui prête sa plume tout au long de ce récit aussi solaire que bouleversant, aussi poétique que délicieux, aussi tendre qu’émouvant.  Il va donc devenir Claire de Plume,  déroulant sur le papier  son enfance, son adolescence, ses joies, ses peines, et par-dessus-tout sa formidable soif de vivre, même à contre- courant, lui donnant une parole dont elle a été trop souvent privée.

« Sous mon écorce coule une sève fantasque qui me fait fleurir à contre-saison ».

La différence et le handicap sont au cœur de ce récit, mais pas que...  On y cueille les fruits de ce fleurissement, et on les savoure.

C’est aussi l’histoire d’un amour profond, celui d’une famille unie autour de cette enfant pas comme les autres.

C’est enfin, une formidable leçon de Vie, une ode à la tolérance, un récit initiatique adressé au propre fils de Damien, Adrien.

Au-delà du décompte chromosomique,  de la stigmatisation de ceux qui n’ont rien compris, au-delà des différences, il y a une âme à l’aura étincelante.  Il y a Claire. 

Etant moi-même très sensible au thème du handicap, et ayant énormément appris des enfants autistes dont je m’occupe professionnellement, je ne peux que refermer ces 153 pages d’Amour avec le cœur chaviré.  Chaviré d’émotions, chaviré d’admiration, chaviré de révolte.

Je remercie vivement les Editions Héloïse d’Ormesson, dénicheurs de pépites, pour cette merveilleuse découverte ! Enorme coup de cœur, que je recommande bien sûr !!

« Souhaiter la rose ne fait pas la rose. Pour fonder la rose, il faut semer, irriguer, tailler, éclairer, et la rose est la conséquence de tous ces gestes »

NB : Mention spéciale pour le clin d’œil à Héloïse et Gilles de la page 29 .

©- Nath

Posté par Nath-A-Lie à 04:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

07 juin 2017

Sonja, de Mathausen à Auschwitz-Birkenau - Le chant de l'aigle ** Sonja - Daniel SALESSE -

IMG_20170601_220550[1]

 

 

Le chant de l’aigle

Tome 2 - Sonja –

Daniel SALESSE

 

Avec le Chant de l’aigle, Daniel Salesse nous entraîne dans l’horreur de l’univers concentrationnaire.

Déjà lu et relu, me direz-vous.

La différence, c’est cette façon de décrire l’indescriptible, de faire vivre au lecteur les brimades, la mort qui rôde, et qui, paradoxalement, a pour compagne une incroyable force , une lutte inouïe pour rester en vie.

Vivre et témoigner. Survivre pour témoigner, tel est le but de Sonja, héroïne de ce deuxième volume d’une saga qui en compte six (la dernière est en cours d’écriture).

Face à la cruauté des aufseherinnen , face aux exactions immondes, et aidée en cela par son amie Cornélia, elle se bat, au quotidien . Avec ses mains. Avec une volonté farouche.

Sur une période de deux ans, de Mathausen à Auschwitz-Birkenau, nous suivons ce combat.

Le style de Daniel Salesse est percutant, il peut paraître violent ou abrupt, mais le sujet abordé ne l’est-il pas également 

S’appuyant sur une série de portraits au vitriol pour certains, et à l’encre empathique pour d’autres, l’auteur emporte le lecteur au-delà au-delà de la nuit et du brouillard, et qu’il est bon de ne pas oublier. Pour cela, je vous précise qu’il a plongé le nez dans une documentation incroyable, d’où la précision apportée au récit.

J’attends donc impatiemment la suite de cette saga, dont j’ai ouï dire qu’elle réservait encore moult émotions. Merci à toi , Daniel !

Posté par Nath-A-Lie à 04:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 juin 2017

Au delà des frontières - Calais mon amour - Béatrice HURET/Catherine SIGURET

IMG_20170520_201030[1]

 

 

Calais mon amour

Béatrice HURET et Catherine SIGURET

Editions KERO – Mai 2017 –

 

On dit souvent que l’amour est plus fort que tout. Cette histoire-là, cette belle histoire, en est la preuve.

Quand Béatrice rencontre Mokhtar, sa vie bascule, ses certitudes vacillent.
Elle qui votait FN, elle qui ne se disait pas vraiment raciste,mais…
Elle qui ignorait tout des raisons qui peuvent pousser ceux que l’on nomme « migrants » à quitter pays, famille, racines, va prendre un soir un auto-stoppeur en charge, et le déposer, à sa demande, dans la « Jungle de Calais ».

Elle va ainsi prendre conscience des conditions de vie indignes de ces familles, ces hommes, ces femmes, ces enfants qui peuplent ce no man’s land boueux, où se côtoient la mort et la vie. Où une école naît des décombres, où la couleur épouse la noirceur, où désespoir et espoir composent le quotidien.

Mokhtar, réfugié iranien chrétien, pacifiste et pacifique, professeur de persan dans son pays, fait partie de ceux qui n’ont eu d’autre recours que de se coudre la bouche pour faire entendre leur détresse.

D’un regard échangé entre ces deux cœurs qu’à priori, tout oppose, va naître un amour sublime et passionné. Un amour au-delà des prétendues conventions, au-delà des barrières de la langue (j’ai beaucoup aimé les échanges via Google traduction),au-delà des différences culturelles, au-delà du risque encouru mais pas vraiment mesuré, car il est difficilement concevable que l’entraide puisse devenir délit.

« Avec Mokhtar, nos yeux se sont croisés tout de suite. J’ai eu un flash, la véritable impression d’un coup de foudre ».

Par amour, Béatrice va soulever des montagnes, et aider Mokhtar à partir en Angleterre.

Cela lui vaudra une mise en examen pour « aide au passage illégal en bande organisée » (oui, oui, bande organisée !) , placée sous contrôle judiciaire, et … fichée S , mais ne l’empêchera aucunement de traverser régulièrement la Manche pour rejoindre son amoureux.

« On oublie trop souvent que le bonheur le plus simple est parfois le résultat d’un véritable parcours du combattant »

« Calais mon amour » est une magnifique histoire d’amour, made in XXIe siècle, made in Calais.
L’écriture de Catherine Siguret est, comme à son habitude, formidablement solaire et admirablement humaine. Point de pathos, juste ce qu’il faut d’altruisme et de compassion, juste la preuve que « Love is All ».

Une lecture totalement indispensable, une histoire qui fait du bien, pour laquelle je remercie les Editions Kero.

Je terminerai en souhaitant de tout cœur tout le bonheur du monde à Béatrice et Mokhtar !

© Nath

 

Posté par Nath-A-Lie à 01:17 - Commentaires [1] - Permalien [#]