62240507_10213764731767784_7869621473554464768_o

 

Une nuit à l’hôtel

Onze nouvelles

Le hebdo – Eté 2019

 

Pour la quatrième année consécutive, le 1 Hebdo rassemble onze auteurs dans un recueil de nouvelles.

Après avoir exploré l’Ailleurs, nous voici cette fois plongés dans le huis-clos de chambres d’hôtels…

Onze plumes, onze univers, onze portes, onze clés…

Au fil des pages, se dévoilent des histoires poignantes, surprenantes, tendres, drôles. Des personnages attachants, abîmés, iconoclastes, en quête d’eux-mêmes ou d’un inaccessible bonheur, prennent vie le temps d’une nouvelle, et on se laisse embarquer.

J’ai été particulièrement touchée par l’histoire d’Alika (signée Adeline Dieudoné, autrice de l’extraordinaire « La vraie vie »), nécessaire rappel d’une triste réalité. Bouleversée par celle de ce petit garçon qu’on a juste envie de serrer dans les bras, tout comme sa maman « fleur, arbre, oiseau, terre et rocher » (Franck Bouysse)

Que vous dire de Madame Andrée et d’Emeline, somptueusement mises en scène par Cécile Coulon ?

J’ai aimé les narrations à la première personne de Nina Bouraoui, Negar Djavadi, Ingrid Astier et Valérie Zenatti. Je me suis glissée dans peau de leurs personnages, et tout comme eux, j’ai éprouvé ce sentiment de silences, de choses dites, de choses tues, de choix et de non choix.

J’ai retenu mon souffle en découvrant le récit de Caryl Férey, qui nous replonge dans la nuit froide de Berlin, avec le spectre du Mur de la Honte.

J’ai souri en retouvant la plume de Serge Joncour, et de Régis Jauffret.

J’ai frémi en poussant la porte dont Valérie Zenatti m’a confié la clé, ouvrant ainsi la vanne d’une tragédie.

Ce recueil est un condensé de sensations fortes, un cocktail estival à savourer, une lecture que je vous conseille vivement. 

Pour ma part, je l’ai acheté en librairie, mais je pense qu’il est également disponible en kiosques, et sûrement à la demande.

© Nath