50692533_10212993464486584_2609343664844963840_n

 

 

Le cimetière des mots doux

Agnès LEDIG

Frédéric PILLOT

Editions Albin Michel Jeunesse – Janvier 2019

 

Cet album jeunesse aborde avec pudeur et simplicité, avec moult émotions également, un sujet terrible : la mort d’un enfant.

Cette douleur est vécue à hauteur d’enfant également, car c’est une petite fille qui raconte sa peine immense. Paradoxalement, c’est ce qui  fait toute la joliesse de l’histoire.  C’est bizarre, je sais d’associer ces deux choses antinomiques que sont la mort et la beauté, et il faut bien tout le talent d’Agnès Ledig pour oser le faire…

« Nous étions nés le même mois de la même année, vivions dans la même rue du même village, et étions dans la même classe de la même école.  Parfois, sans nous parler,  nous nous comprenions quand même »

 

50654689_10212993463646563_7488806110900518912_n

 

 

Annabelle et Simon sont amoureux, de cet amour beau, pur et solaire.  Tous deux aiment la forêt voisine du village, notamment un chêne devenu « leur arbre ».

Le jour où elle apprend que Simon est atteint d’une maladie incurable, un « mot pas doux du tout », le monde s’écroule pour Annabelle, d’autant plus qu’elle ne peut plus le voir, « sauf une fois », et que le manque est cruel.  Alors, elle lui écrit. Des mots et des mots, piètres soldats contre le destin.  Des mots doux,  des étoiles, des cœurs.   Des mots qui après la mort de Simon deviendront source d’apaisement et de résilience.   Des mots déposés au pied de « leur » arbre, devenu « cimetière des mots doux ».

 

 

50644912_10212993463126550_4006287357031481344_n 

 

Ce livre est celui du chemin d’une petite fille vers l’acceptation de la mort.   Vers un vide qu’il faut apprendre à combler , que l’on soit enfant ou adulte. 

Cet album jeunesse est une pépite, je vous l’assure.  Certes , le sujet évoqué est abrupt, mais cette lecture peut s’avérer une alliée précieuse pour aider un enfant à mettre des mots sur sa peine après le décès d’un proche.  De plus, le thème est abordé avec  infiniment d’amour et de poésie, et la plume d’Agnès Ledig  est , comme toujours, magistrale !   Les illustrations de Frédéric Pillot sont juste sublimes de sobriété. 

Je remercie les Editions Albin Michel Jeunesse , qui m’ont fait verser tant de larmes, au fil des pages.  Merci pour tant d’émotions !  C’est apaisé que l’on referme ce livre, et ce que l’on en retient, c’est juste une immense, immense lumière !

© Nath